view counter

Main Index

Question

comment ne pas avoir d'enfants ?

Answered by

Salman Ibn Fahd Al-Oadah
Cher frère / chère sœur Qu’Allah te bénisse et t’accorde du bien en guise de récompense. Il y a des avis juridiques dans le site (islamtoday.net) qui collent avec ce que tu as demandé. Nous te proposons quelques questions et leurs réponses et si tu trouves une difficulté quelconque ou si cela ne répond pas à ta question, envoie nous ta question de nouveau et nous te donnerons la réponse in-châ-Allah. Merci de t’être adressé à nous ; qu’Allah te protège et te garde. La limitation des naissances Question (27934) Quel est le jugement de la limitation des naissances pour moi en tant que père, par exemple si je limite le nombre de mes enfants à cinq ? Veuillez m’édifier à ce sujet. Qu’Allah vous accorde le bien en guise de récompense. Répondue par le Cheikh Abdullah ibn Souleyman ibn Mouni’ (Membre du Comité des Grands Savants) Réponse : La limitation des naissances n’est permise en aucun cas ; c’est un acte illicite et une opposition à la volonté d’Allah –l’Exalté- dans Son jugement et Sa volonté. Personne ne peut empêcher la volonté d’Allah, mais c’est une insolence à l’égard du Seigneur de l’Univers. Nous disons en même temps que ce sujet a fait l’objet d’une recherche au niveau du Comité des Grands Savants d’Arabie Saoudite et lors de cette recherche, ils ont divisé cette question en deux parties : la limitation des naissances et le planning familial. Concernant la limitation des naissances, comme lorsqu’une personne dit par exemple : J’en jure par Allah, je vais me limiter à deux, trois, ou quatre enfants et cela me suffit, c’est illicite et n’est pas permis. Les jurisconsultes musulmans sont presque unanimes pour dire que cela est illicite et n’est pas permis. Quant au planning familial, qui consiste à dire par exemple : Je veux avoir un enfant après deux ans, ou trois ans afin que la femme ait la force de recouvrer sa santé et ait aussi l’occasion d’élever et d’éduquer son bébé. Nous disons qu’il n’y a pas de mal dans ce cas et le Comité des Grands Savants a opté pour la permission de cela et a publié un rapport autorisant l’espacement des naissances en cas de besoin et interdisant de manière absolue la limitation des naissances. Et Allah sait mieux. ******************************************* Le fait d’abandonner la procréation à cause d’un empêchement héréditaire Question (15687) Assalamu aleykum wa rahmatoullah wa barakatouh Je suis un homme marié et mon épouse est ma cousine (la fille de mon oncle paternelle) ; nous avons eu ensemble cinq enfants louange à Allah, et deux d’entre eux sont infirmes et complètement paralysés, louange à Allah ; ils ont besoin d’une attention particulière notamment en se qui concerne leur nutrition, le port de leurs habits et leur propreté corporelle tout au long de leur vie en plus des visites médicales quasi quotidiennes dans les hôpitaux. Après examen médical, il s’est avéré que la cause est héréditaire et que la probabilité que nos prochains enfants aient les mêmes maladies est grande. Ma question est de savoir s’il nous est permis d’empêcher la procréation afin de pouvoir nous occuper de nos enfants handicapés et d’éviter la probabilité d’avoir des nouveaux enfants handicapés ? Qu’Allah vous accorde le bien en guise de récompense. Question répondue par le Cheikh Dr Abdullah As-Soulamy (Membre du corps enseignant à l’Institut Supérieur de la Magistrature) Les savants divisent la question de l’interruption et de la limitation des naissances, en plusieurs catégories : Première catégorie : La femme fait une chose après laquelle elle ne pourra plus jamais être enceinte, comme l’ablation de l’utérus, ou le blocage permanent qui empêche la grossesse de manière absolue communément appelé ligature des trompes. Toutes ces méthodes sont absolument interdites ; sauf s’il s’avère que la grossesse nuit extrêmement à la femme au point de risquer de lui coûter la vie ; dans ce cas, les savants disent que ce genre d’opération est permis. Deuxième catégorie : Ce qu’on appelle planning / espacement des naissances, et non limitation des naissances, en sorte qu’une personne reste un an, deux ou trois ans sans avoir d’enfants ou sans faire d’enfants. Soit en utilisant les méthodes naturelles de contraception, ou artificielles, ou les nouvelles méthodes médicales de contraception. A ce moment, il n’y a pas de mal à cela et la preuve est la parole du Compagnon comme rapporté dans Sahih Mouslim d’après Abû Saïd Al Khudry –qu’Allah soit satisfait de lui- qui dit : « O Messager d’Allah, l’homme a parfois une esclave et veux avoir un rapport avec elle mais n’aimerait pas qu’elle soit enceinte de lui et pratique alors le coït interrompu avec elle » ceci prouve le coït interrompu et qu’il était pratiqué par les Compagnons –qu’Allah soit satisfait d’eux- et prouve que de fois, ils ne voulaient pas que la femme conçoive, et il n’y a pas de mal à cela. Quant à ce qu’a demandé l’auteur de la question : Nous est-il permis d’éviter la procréation ? Il n’y a pas de mal à ce qu’ils espacent d’un an, de deux ou de trois ans, louange à Allah. Quant à faire une opération qui met fin à la procréation de manière définitive, cela n’est pas permis, et Allah sait mieux. ************************************** Le statut de la limitation des naissances Assalamu aleykum wa rahmatoullah wa barakatouh Eminent Cheikh, est-il permis à mon épouse de subir une opération de ligature de la trompe afin de ne pas concevoir ? En effet, j’ai six enfants –qu’Allah les protège- et la différence d’âge est infime entre eux, le plus grand écart entre deux enfants est de deux ans et leur éducation demande beaucoup d’effort de la part de la mère et du père. Or on nous a appris qu’il y a une ligature temporaire de la trompe mais sans garantie sur l’opération de réparation. C'est-à-dire qu’il est possible qu’on ne remette pas les choses en place. Est-il permis de faire ce genre de ligature ? Veuillez nous éclairer sur cette question et recevez notre grand remerciement. Qu’Allah vous accorde le bien en guise de récompense. Qu’Il accepte nos jeûnes et nos prières ainsi que les vôtres… Répondue par le Cheikh Pr. Souleymane ibn Fahd Al Issa Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, louange à Allah uniquement, que la miséricorde et la paix soient sur celui après qui il n’y a plus d’autre Prophète, sur sa famille et tous ses Compagnons. Réponse : Il n’est pas permis d’utiliser des médicaments ou un traitement pour arrêter la procréation de manière définitive sauf si la mère est malade, ou si les médecins jugent que la grossesse lui est préjudiciable ; dans ce cas elle en a le droit. Il est permis de planifier les naissances, c'est-à-dire de retarder d’une période donnée suivant le besoin et cela en utilisant des médicaments ou toute autre méthode contraceptive, à condition que cela ne mette pas fin de manière définitive à la procréation. Concernant la ligature temporaire de la trompe que vous avez évoquée, si on est sûr ou presque de la détacher, cela est permis car elle fait alors partie de la planification des naissances évoquée précédemment. Mais si on n’est pas sûr de la détacher ou s’il est fort probable qu’on ne la détache pas, je suis d’avis que cette opération n’est pas permise dans ce cas. En outre, il y a des méthodes qui permettent d’obtenir le résultat escompté et que vous n’ignorez pas. Assalamu aleykum wa rahmatoullah wa barakatouh ******************************************************* Le statut de la ligature de la trompe Question (16300) J’ai une mère âgée de 49 ans et elle a accouché de son neuvième et dernier enfant il y a de cela dix ans par césarienne et mon père a alors demandé au médecin de procéder à la ligature des trompes pendant cette césarienne, de peur qu’elle ne conçoive une autre fois. Il est à noter qu’elle a accouché de ses huit premiers enfants par les voies naturelles. Tout cela était bien sûr dû à l’ignorance du jugement de l'Islam par ma mère et mon père. A présent, dix ans après cette opération, nous avons découvert qu’il est interdit de stopper définitivement la procréation. Que devons nous faire maintenant tout en sachant que ma mère souffre de la néphropathie et de l’inflammation des voies urinaires et nous avons peur pour sa santé si on devait délier de nouveau ses ligatures. Edifiez-nous, qu’Allah vous accorde la science religieuse et le Paradis. Répondue par Cheikh Dr Abdur-Rahman Al Jar’iy (Membre du corps enseignant de l’université Roi Khaled à Abha. Réponse : Il incombait à ton père et ta mère de se renseigner sur le jugement de l'Islam en ce qui concerne la ligature des trompes ; il en est de même pour le médecin traitant et toute personne ayant fait preuve de négligence à ce sujet est fautive. Actuellement, si en déliant cette ligature, il y a des risques d’aggraver son état de sa santé et qu’on craint sa mort ou que cela lui soit trop douloureux, elle n’est pas tenue de délier de nouveau cette ligature. Pour évaluer la possibilité que cela lui soit préjudiciable ou non, on doit s’en remettre à un médecin digne de confiance. Et Allah sait mieux. ********************************************************* Tu peux également consulter le lien suivant : La différence entre l’organisation de la famille et la limitation des naissances http://www/islamtoday.net/questions/show_content.cfm?id=25426

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010