view counter

Une méthode intelligente
  • Lu, 02/11/2013

 

Au nom d'Allah le Tout-Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

Elle dit : "J'ai deux garçons, le premier a six ans et le deuxième a neuf ans ; et je suis lassée de les punir parce que je n'ai pas trouvé que cela sert à quelque chose, alors que dois-je faire ?".

 

Je lui dis :

-"As-tu essayé (la méthode du choix de la punition) ?". Elle dit :

-"Non, je ne connais cette méthode, qu'est-ce que tu veux dire ?". Je lui dis :

-"Avant que je ne te l'explique, il y a une règle importante pour corriger le comportement des enfants sur laquelle nous devons nous mettre d'accord ; c'est que pour chaque phase d'âge, il y a des difficultés pour la correction des enfants, et plus l'enfant grandit, plus nous avons besoin de méthodes différentes dans notre comportement avec lui, mais tu trouveras que (la méthode du choix de la punition) convient à tous les âges et ses résultats sont positifs.

 

Avant de mettre cette méthode en pratique, nous devons nous assurer si l'enfant commet l'erreur par ignorance ou intentionnellement afin que la punition soit efficace, car si l'enfant est ignorant ou s'il a commis une erreur qui n'est pas volontaire, alors dans ce cas, il n'y a pas de raison de le punir, mais il suffit d'attirer son attention sur son erreur. Mais si l'erreur se répète ou s'il commet une erreur intentionnellement, alors dans ce cas, nous pouvons le corriger de plusieurs manières, comme la privation, ou se mettre en colère contre lui, ou le frapper, et nous pouvons utiliser (la méthode du choix de la punition).

Cette méthode correspond au fait que nous demandions à l'enfant de s'asseoir seul et de réfléchir à trois punitions qu'il doit nous proposer, par exemple : "la privation d'argent de poche, ou l'interdiction de rendre visite à son ami cette semaine, ou la confiscation de son portable pendant une journée complète), et nous choisissons une proposition afin qu'il la mette en exécution contre lui-même. Et dans le cas où le choix des trois punitions ne convient pas aux parents, "par exemple, il choisit : aller dormir, ou se taire pendant une heure, ou arranger sa chambre", alors dans ce cas, nous lui demandons de choisir trois autres punitions".

 

Elle dit en contestant :

-"Mais il se peut que les punitions qu'il propose, n'apaisent pas ma colère". Je lui dis :

-"Nous devons faire la différence entre la punition [la correction] et le châtiment, car le but de la punition est de corriger le comportement, et pour cela, il faut patienter, persévérer, discuter et continuer à orienter ; tandis que crier sur lui ou le frapper durement, est un châtiment et non pas une punition.

Lorsque nous punissons nos enfants, nous ne les punissons pas selon l'erreur qu'ils ont fait, mais nous augmentons la punition parce qu'elle est mélangée à la colère ; ceci à cause des tensions abondantes sur nous, alors nos enfants sont les victimes de notre nervosité de la vie ; c'est la raison pour laquelle nous regrettons après les avoir punis pour notre empressement ou parce que nous ne nous sommes pas contrôlés".

 

Ensuite, je lui ai dit :

-"Et j'ajoute une chose importante, lorsque tu dis à ton fils : "Va t'asseoir seul et pense à trois punitions pour que j'en choisisse une afin de la mettre en exécution contre toi", cette situation est en elle-même une punition, car il y a une discussion psychologique entre celui qui a commis l'erreur, c'est-à-dire l'enfant, et lui-même ; et ceci est une bonne manière pour corriger le comportement et revenir sur l'erreur qui a été commise, et c'est aussi une attitude éducative efficace".

 

Elle dit :

-"Je jure par Allah que c'est une idée intelligente, je vais l'essayer". Je lui dis :

-"Je l'ai essayée personnellement et elle a été efficace, et je connais beaucoup de familles qui l'ont essayée et elle a été efficace pour eux, parce que lorsque l'enfant choisit la punition et la met en exécution, dans ce cas nous faisons en sorte que la bataille soit entre l'enfant et l'erreur, et non pas entre lui et les parents ; alors nous préservons le lien de l'amour parental, et nous respectons aussi sa personnalité, nous préservons son humanité, nous ne le méprisons pas ou ne lui interdisons rien. Et quiconque observe la punition du messager généreux (qu'Allah prie sur lui et le salue) pour ceux qui commettent des erreurs, trouvera qu'avec la punition, il les respecte, leur donne de la considération, et il n'accepte pas de les humilier ; comme l'histoire de la femme Ghaamidiyah qui avait commis l'adultère et il mit en exécution la punition contre elle, et un compagnon l'insulta, alors le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) lui dit qu'elle s'est repentie d'un repentir sincère qui s'il était partagé entre les habitants de Médine, il leur aurait suffit ; donc, le respect de celui qui commet l'erreur reste, étant donné qu'il est dans le programme de la correction".

 

Après un mois, elle revint et me dit :

-"La méthode a été efficace avec mes fils et ma nervosité a diminué ; ils choisissent la punition et ils la mettent en exécution. Alors, je vous remercie pour cette idée, mais je veux vous demander comment vous avez pensé à cette méthode éducative merveilleuse".

 

Je lui dis :

-"J'ai tiré profit de la méthode coranique pour la punition, car Allah (qu'Il soit exalté) donne à celui qui commet le péché ou l'erreur trois choix, comme l'expiation de celui qui a un rapport sexuel avec sa femme pendant les journées du mois de Ramadan, ou l'expiation du serment, et d'autres expiations ; la législation islamique donne trois choix à celui qui commet une erreur, et c'est une méthode éducative élevée et belle".

 

Elle dit :

-"Alors c'est une méthode éducative coranique".

 

Je lui dis :

-"Oui, le Coran et la Sounnah renferment de grandes méthodes éducatives pour corriger le comportement humain des petits et des grands, parce qu'Allah (qu'Il soit glorifié) est le Créateur des âmes, et Il connait mieux ce qui les corrige. Et les méthodes de correction sont nombreuses, et parmi ces méthodes : (La méthode du choix de la punition) que nous t'avons expliquée".

 

Et elle partit en étant heureuse de la correction du comportement de ses fils et de l'augmentation de l'amour dans la maison.

 

Dr. Djaassim Al-Moutawwâ. 

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010