view counter

Le Tadjikistan ordonne la fermeture de deux grandes mosquées
  • Je, 02/21/2013

Loin d’être un parangon de vertu démocratique et de tolérance religieuse, le Tadjikistan, ancienne république musulmane de l’Union soviétique, multiplie les entraves à l’islam, s’arc-boutant sur la radicalisation de sa politique à l’égard du culte musulman pour enrayer le radicalisme religieux accusé de fomenter des troubles.

Paradoxalement, le fléau de l’islamophobie s’abat là où on ne l’attendait pas, dans une contrée où la communauté musulmane représente pas moins de 95 % de la population (90% de sunnites et 5% d’ismaéliens).

Sous la férule du président Emomalii Rahmon, qui avait interdit l’entrée aux mosquées pour les jeunes de moins de 18 ans, la stratégie de la bouc-émissarisation anti-musulmans vient de franchir un nouveau palier en fermant purement et simplement deux grandes mosquées dans la capitale de Douchanbé, situées dans les bazars de Shah Mansour et du Sultan Kabir.

Sur ordre du comité des affaires religieuses du pays, lui-même obéissant aux directives du gouvernement, les fidèles musulmans trouvent dorénavant portes closes depuis le 18 février dernier, et ce sans aucune raison légale valable. Le parti de la Renaissance islamique du Tadjikistan s’est insurgé contre l’ingérence en force du pouvoir dans le culte musulman, à l’image de l’irruption des forces de l’ordre dans deux enceintes sacrées, verbalisant les 400 personnes en plein recueillement, tout en leur enjoignant de prier désormais chez elles.

Hélas pour cette démocratie sujette à caution, où les droits de l’Homme sont bafoués et des cas de torture répertoriés, aucune loi n’est à l’étude pour lutter contre la corruption qui gangrène la politique dans les plus hautes sphères du pays. (Les dernières élections législatives de 2005 ont été éclaboussées par la corruption et la fraude des résultats)...

Source:Oumma.com

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010