view counter

Des coutumes de l'époque de l'ignorance
  • Ma, 02/26/2013

 

Allah (qu'Il soit exalté) a toujours envoyé un messager qui parlait la langue de son peuple ; et en général, les prophètes sont envoyés dans leurs peuples : {leur frère}, parce que ceci est plus apte à bien les connaître et à avoir de l'influence sur eux, car l'éloignement culturel et social n'encourage pas à l'acceptation.

 

Et malgré l'évidence complète en ce qui concerne l'affaire de la foi et de la croyance en l'unicité d'Allah (qu'Il soit glorifié), le prophète (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) aimait être en accord avec ceux qui étaient autour de lui pour les choses à propos desquelles il n'avait pas reçu la révélation.

 

Il n'a pas changé les coutumes et les habitudes mecquoises concernant la construction, la nourriture, les relations sociales et les organisations de la vie, sauf ce qui avait besoin d'être changé, et ceci est venu plus tard après la domination et la victoire.

 

L'Islam a interdit le jeu de hasard, la consommation de l'alcool et le rassemblement pour le boire, l'enterrement des filles vivantes ; il a interdit de tuer les enfants et que les femmes sortent en étant maquillées et sans se couvrir ; il a interdit d'avoir des amants, le fanatisme tribal, les attaques et les guerres sans raison valable, en considérant que ces choses sont de mauvaises coutumes qui proviennent de valeurs de l'époque de l'ignorance avant l'Islam et qui sont interdites.

 

Et l'Islam a approuvé le respect des mois sacrés, l'interdiction de se marier avec les mères et les sœurs, prendre un bain pour se purifier de l'impureté majeure, se couper les ongles et la circoncision.

 

Et à Médine, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) faisait la même chose avec les coutumes sociales et familiales des Ansars ; parmi ces choses : l'exhortation à la chanson permise pendant les cérémonies de mariage, d'après Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) qui a dit qu'elle escorta une nouvelle mariée chez un homme parmi les Ansars, alors le prophète d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit : (O Aïcha ! Vous n'avez pas de divertissement ? Parce que les Ansars aiment le divertissement) rapporté par Al-Boukhari.

 

Il a aussi exhorté les femmes des Ansars et il a fait leur éloge parce que la pudeur ne les empêchait pas de poser des questions, comme Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit ; ainsi que les coutumes concernant la nourriture.

 

Et les coutumes concernant les rapports conjugaux étaient différentes entre les Mouhaajirines et les Ansars ; comme ce qui est rapporté pour le commentaire de Sa parole (qu'Il soit exalté) :

 

{Vos épouses sont pour vous un champ de labour} [Al-Baqara : 223].

  

D'après Ibn 'Abbaass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) qui a dit :

-"Les Qouraychites avaient des rapports avec les femmes d'une manière choquante, et ils prenaient du plaisir avec elles par derrière, par devant et en étant allongés ; lorsque les Mouhaajirines arrivèrent à Médine, un homme parmi eux se maria avec une femme parmi les Ansars, et il voulut avoir un rapport avec elle de la même manière, alors elle le désapprouva et lui dit : "Les rapports sont faits avec nous en étant sur le côté, alors fais cela, sinon ne t'approche pas de moi", jusqu'à ce que leur affaire se répandit et parvint au messager d'Allah (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) ; alors Allah (Le Puissant et le Haut) révéla : {Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme [et quand] vous le voulez} [Al-Baqara : 223]" rapporté par Abou Daawoud.

 

Et à Médine, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) préférait être plus en accord avec les gens du Livre qu'avec les polythéistes pour les choses à propos desquelles il n'y avait eu de révélation.

 

D'après Ibn 'Abbaass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) qui a dit :

-"Les gens du Livre laissaient tomber leurs cheveux, tandis que les polythéistes divisaient leurs cheveux en deux parties ; et le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) aimait être en accord avec les gens du Livre concernant les choses à propos desquelles il n'avait reçu d'ordre, alors le messager d'Allah (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) laissa tomber ses cheveux sur son front, ensuite il les divisa" rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Et dans une version : "Lorsqu'il doutait d'une chose à propos de laquelle il n'avait pas reçu d'ordre, il faisait ce que les gens du Livre faisaient" ; et le fait qu'il ait divisé ses cheveux par la suite, est que la division des cheveux en deux parties ne fut plus une particularité des polythéistes étant donné que la majorité d'entre eux se convertirent à l'Islam.

 

Ce qui ressemble à cela est : teindre les cheveux ou ne pas les teindre, jeûner le jour d'Achouraa, se diriger vers la Qibla, et ne pas avoir de rapports sexuels avec la femme qui a ses règles contrairement aux juifs. Al-Qourtoubi a dit :

-"Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) faisait cela pour qu'ils soient des alliés, et lorsque ceci ne fut pas utile avec eux, il voulut faire le contraire d'eux ; alors, ces choses furent recommandées et pas obligatoires".

 

Et l'imam Ibn 'Aqil a dit :

-"Il ne faut pas sortir des coutumes [des habitudes] des gens sauf pour une chose interdite).

 

Et des hadiths ont été rapportés, qui indiquent l'obligation pour les musulmans de se distinguer des autres communautés en ce concerne leurs croyances, leurs rites et leurs signes apparents, comme sa parole (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) :

(Vous allez suivre les traditions de ceux qui vous ont précédés empan par empan, et coudée par coudée, jusqu'à ce que s'ils entrent dans le trou d'un lézard, vous les suivriez) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a averti sa communauté en leur disant qu'ils suivront les traditions des communautés précédentes, et c'est une situation qui est apparente.

 

Et le fait de faire le contraire d'eux est rapporté dans la législation, comme l'utilisation de l'appel à la prière à la place de la clochette, et l'interdiction de certaines allures dans la prière. Ainsi que l'interdiction de prier après la prière d'Al-Fajr et après la prière d'Al-'Asr afin d'éviter de leur ressembler, et aussi l'interdiction de jeûner sans rompre le jeûne. 

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010