view counter

Une chose naturelle
  • Me, 02/27/2013

 

Mes habitudes personnelles ou sociales ne sont pas la religion avec laquelle j'adore Allah, et elles ne sont pas la nature saine sur laquelle Allah (Qu'Il soit exalté) a créé les humains !

 

Il y a des habitudes qui s'accordent avec la nature saine, et il y a des habitudes qui s'opposent à la nature saine à cause de l'ignorance et de la passion.

 

Le comportement de l'animal domestique ou sauvage n'est pas une habitude, mais c'est "la nature" [une chose qui est naturelle], comme la nature du feu est de brûler.

 

Le fait que l'un des deux genres [masculin et féminin] penche vers l'autre, n'est pas une habitude, mais c'est "un caractère inné" ou "un instinct".

 

La mode qui est répandue pour les vêtements des filles n'est pas une habitude, mais c'est "une imitation" ; et selon l'enthousiasme pour cette mode, la femme s'en détourne après que le temps de cette mode soit dépassé ; ou cette mode est une habitude particulière à une catégorie ou à une classe sociale, donc sa portée est étroite proportionnellement à son propagation.

 

La société insoucieuse pense que toute sa culture et toutes ses habitudes [toutes ses coutumes] sont "une nature humaine", et elle croit que le monde entier doit être associé avec elle dans sa culture et ses habitudes. Et quiconque n'est pas d'accord avec elle, est alors malade ou a une nature saine altérée ! Et c'est la raison pour laquelle il est difficile pour lui d'approuver les conflits d'opinions, la diversité et la cohabitation.

 

La vérité est souvent combattue au nom des coutumes et des habitudes implantées et de ce que les gens sont habitués à faire.

Le Dr Taha Housseïn a comparé ceux qui essaient de changer le monde pour préserver leurs habitudes à quelqu'un dont le vêtement est devenu étroit, alors il diminue son poids afin qu'il convienne au vêtement.

 

L'attitude critique envers les habitudes et les coutumes est l'attitude qui lie les causes à leurs conséquences, car il se peut que l'habitude fût acceptée dans le passé pour des causes qui étaient présentes, ensuite ses causes disparurent.

Et c'est cette attitude critique qui peut faire la différence entre ce qui est une partie de la structure de la société à ce moment donné dans le passé, et ce qui est simplement une imitation d'un comportement passé qui n'a plus de justificatif.

 

La femme continuera-t-elle à couper la queue du poisson pour imiter sa grand-mère qui faisait cela parce que la poêle était petite ?!

 

Le gardien de l'immeuble restera-t-il debout en bas de l'escalier sans aucune raison tout simplement parce que cet escalier venait juste d'être peint il y a cinquante ans, et qu'il fallait avertir les passants pour qu'ils s'éloignent de la peinture neuve ?!

 

Nous devons faire la différence entre ce qui est une habitude et ce qui ne l'est pas, de même que nous devons faire la différence entre ce qui est une habitude dont nous avons besoin et ce qui est une habitude ancienne qui n'a plus de justificatif.

 

Ce genre d'attitude critique n'est pas qu'une simple idée dans les couloirs et les cercles fermés des intellectuels et des hommes lettrés, mais c'est une question de vie sur laquelle repose le progrès de la société ou son déclin.

 

Ici, La prise de conscience signifie comprendre que ce qui est humain est sujet au changement et à la disparition :

 

{Vous passerez, certes, par des états successifs !} [La déchirure : 19].

  

L'absence de prise de conscience engendre la croyance que les habitudes personnelles et sociales ne changent pas, et qu'elles sont dans leur authenticité et leur certitude comme les autres réalités de la législation islamique ou les réalités scientifiques, et c'est comme si elles faisaient partie des caractères naturels des choses.

 

La culture sociale n'est pas naturelle, mais elle est artificielle, elle est flexible et elle change ; à cause du fait d'être insouciant de cette réalité, la nouvelle opinion est combattue comme les partisans de Poutine ont combattu ce que le cerveau d'Einstein a produit.

 

A l'opposé de coutumes sociales dans les pays du golfe par exemple, il y a des coutumes différentes en Egypte, ou au Soudan, ou au Maroc ; alors, les coutumes ne sont pas comme les réalités de la science, et les coutumes d'un pays ne dominent pas sur les coutumes d'un autre pays.

 

Conduire la voiture de droite à gauche, comme c'est le cas dans le monde arabe, ou le contraire comme en Grande-Bretagne et ses colonies, est une habitude qui est devenue une loi.

 

Lorsque nous comparons nos coutumes actuelles à celles de nos ancêtres depuis une période qui n'est pas lointaine, nous dirons que nous vivons dans un monde complètement différent, et nous devons prendre conscience que la vie de nos petits-enfants sera différente aussi.

 

Le plus important est que ce soit une comparaison concernant la conformité des coutumes aux faits nouveaux et aux changements ; et que le vêtement que nous portons, convient à nos corps et au climat, alors nous ne portons pas le vêtement d'hiver en été, ou le contraire !

 

A la ferme, le rôle de la femme est différent de son rôle dans une société instruite ; et par conséquent, les coutumes concernant les fiançailles et le mariage changent, ainsi que l'âge du mariage et de la procréation, les dépenses et les relations familiales. Et le regard de l'homme sur la femme change, et le contraire.

 

Les coutumes de la ville sont différentes des coutumes de la campagne ; les coutumes des riches sont différentes des coutumes des pauvres ; les coutumes des gens instruits ne sont les mêmes que celles des illettrés ; et l'époque d'un seul message qui provenait du plus haut vers le plus bas avec un journal, ou une chaîne officielle ou presque officielle, n'est pas la même époque que celle de "Twitter, de Facebook et de Youtube", et de milliers de réseaux fournis aux gens, qu'ils soient bons, débauchés, savants, ignorants, polis ou grossiers.

 

La religion gouverne les coutumes, elle ne dépend pas des coutumes, bien qu'il y ait des coutumes honorables que la religion approuve et qui sont exigées par les qualités morales.

Il faut être perspicace en comprenant le changement qui survient aux gens et agir intelligemment avec ce changement ; et il n'est pas convenable de donner une seule prescription médicale pour tous les fléaux et toutes les plaintes.

 

 

 

 

  

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010