view counter

Myanmar: L'opposition appelle le gouvernement à prendre une décision sur l'octroi de la citoyenneté aux Rohingyas
  • Me, 02/27/2013

La leader de l'opposition au Myanmar (Birmanie), Aung San Suu Kyi, et Prix Nobel de la Paix, a lancé un appel au gouvernement birman de prendre une décision sur l'octroi de la citoyenneté aux musulmans Rohingyas.

L'agence rohingya de presse, a indiqué que Suu Kyi a déclaré que le Myanmar (Birmanie), doit se prononcer sur l'octroi de la citoyenneté à la minorité musulmane rohingya. Le gouvernement doit écouter les experts étrangers, et se conformer aux normes internationales en lois sur la citoyenneté ».

Elle a précisé en réponse à la critique des lauréats du prix Nobel de la Paix, José Ramos-Horta, l'ancien chef du Timor oriental, et Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank au Bangladesh, qui avaient appelé à la modification des lois au Myanmar et l'octroi de la pleine citoyenneté aux musulmans Rohingyas.

Elle a ajouté que « chaque Etat a le droit de promulguer des lois de nationalité, mais il doit respecter ces lois aux normes internationales. Nous devons écouter les experts étrangers, et nous devons prendre la bonne décision pour notre pays ».

Plus de 800. 000 Musulmans Rohingyas, vivent sans nationalité, et le gouvernement du Myanmar refuse de leur accorder la citoyenneté, au motif qu'ils sont des immigrants venus illégalement en provenance du Bangladesh, qui ne les reconnaît pas non plus.

Les musulmans sont exposés à la purge violente des extrémistes bouddhistes, soutenus par les forces de sécurité, en particulier depuis le mois juin 2011, où les rapports indiquent la mort de plus de 20.000 musulmans et des milliers de déplacés.

L’organisation des Droits de l’Homme « Human Rights Watch » a accusé les forces de sécurité birmanes d'implication dans des assassinats et de viols contre les musulmans Rohingyas, après avoir échoué à protéger les musulmans de l'Etat d'Arakan contre des attaques bouddhistes et la violence sectaire dans l'ouest du pays.

La persécution des musulmans a atteint au Myanmar, le point de génocide. Les Nations Unies qualifient le groupe Rohingya comme une minorité persécutée religieusement et linguistiquement.

Source : MD/AH/IINA

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010