view counter

Sourate “Al-Faatiha”
  • Di, 03/03/2013

 

Le Livre de notre Seigneur guide vers le chemin le plus droit, et il réalise la grande réussite pour ceux qui suivent son chemin.

 

Et dans le Coran, se trouve une sourate dont les versets sont courts et dont la signification est grande ; elle déverse dans l’âme le calme et répand dans le cœur la tranquillité. Dans cette sourate se trouve la croyance, l’adoration, la récompense, la promesse et la menace.

 

Elle est la protectrice car elle protège celui qui la lit du mal. Elle est la guérison, et le malade la prend pour remède. Elle est la prière car aucune prière n’est valable sans elle.  Elle est « les sept Mathaani » : les versets coraniques psalmodiés et repris très souvent dans la prière.

 

Et elle renferme la correction de l’âme et la réforme de la société ; elle a implanté les bases de la sécurité, de la stabilité et du bonheur sur terre. Et elle est la meilleure chose qui ait été révélée ; Oubay ibn Kâab (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit que le messager (qu'Allah prie sur lui et le salue) lui a dit :

(Je vais t’enseigner une sourate, et il n’a pas été révélé une sourate meilleure qu’elle dans la Thora, l’Evangile et le Coran) ; Oubay ibn Kâab a dit :

-« Puis lorsqu’il était sur le point de sortir de la mosquée, alors que j’essayais de l’arrêter et de le retarder afin qu’il m’informe de la sourate », il dit :

(L’ouverture du Livre [Al-Faatiha], elle est les sept versets psalmodiés et repris très souvent, et le Coran que j’ai eu) rapporté par Ahmed.

 

Elle est une des deux lumières, Ibn 'Abbaass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) a dit :

-"Alors que l'ange Gabriel était assis avec le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue), il entendit un bruit au-dessus de lui, il leva la tête et dit :

-"C'est une porte du ciel qui s'est ouverte aujourd'hui, et elle n'a jamais été ouverte avant ce jour". Un ange descendit de cette porte et l'ange Gabriel dit :

-"C'est un ange qui est descendu sur terre, et il n'est jamais descendu avant ce jour". Il salua et dit :

-"Réjouis-toi de deux lumières que l'on t'a donné, et on ne les a données à aucun prophète avant toi : "Al-Faatiha" et les derniers versets de sourate "Al-Baqara" ; et tu ne liras jamais un lettre de ses deux lumières sans qu'on ne te donne la récompense de cette lettre" Rapporté par Mouslim.

 

Et parmi ses bénédictions, le fait qu’elle soit une incantation [c'est-à-dire des invocations provenant du Coran et de la Sounnah qui sont lues pour demander à Allah (qu'Il soit exalté) la guérison lorsqu'une personne est malade, ou pour demander la protection d'Allah contre le mal des hommes ou des génies…], d’après Abou Sa'îd Al-Khoudri (qu'Allah soit satisfait de lui) :

-« Un groupe d’hommes parmi les compagnons du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) arrivèrent dans un village parmi les villages des arabes, mais ils refusèrent de les recevoir ; et pendant qu’ils étaient ainsi, le chef de ce village fut piqué [par un scorpion].

Ils dirent alors :

-« Avez-vous un remède ou y a-t-il parmi vous quelqu’un qui connaît des incantations ? ». Ils dirent :

-« Vous avez refusé de nous recevoir dans votre village, donc nous ne ferons rien jusqu’à ce que vous nous donniez une rémunération ». Ils leur donnèrent alors un troupeau de brebis. Un homme parmi eux se mit à lire la sourate principale du Coran [Al-Faatiha] en rassemblant sa salive et en crachant [sur lui] ; alors, il fut guéri, et ils apportèrent les brebis. Les compagnons dirent :

-« Nous ne prenons rien de ces brebis jusqu’à ce que nous interrogions le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) ». Alors, Ils l’interrogèrent, il rit et dit :

(Et comment as-tu su qu’elle est une incantation ? Prenez-les et donnez-moi une partie) Rapporté par Al-Boukhari.

 

Une sourate ayant des mérites et un rang si important, exige que nous réfléchissions à ses trésors, que nous comprenions ses significations, que nous raffermissions notre lien avec elle, et que nous nous guidions avec sa guidée afin que son effet se réalise.

 

{Louange à Allah, Seigneur de l'univers} :

 

La louange est l'éloge d'Allah (qu'Il soit exalté) pour les bienfaits dont Il nous a comblés, et pour ce qu'Il nous a donnés. Et l'éloge est le droit d'Allah car Il est (qu'Il soit exalté) Celui qui mérite la louange à cause de l'abondance de Ses bienfaits et les différentes sortes de dons qu'Il donne aux serviteurs.

Dans la louange se trouve la signification du remerciement, et la signification de la reconnaissance qui est l'attestation du serviteur de sa négligence, sa pauvreté et son besoin ; de même que la reconnaissance pour Allah (qu'Il soit glorifié et exalté) de la perfection, du mérite et de la bienfaisance, et ceci fait partie des plus grands genres d'adoration.

 

Et ainsi, il se peut que le serviteur adore son Seigneur en étant étonné (fier) de ses actions, alors ses actions ne sont pas acceptées, car l'étonnement [ou la fierté] ne s'accorde pas avec la reconnaissance et l'abaissement ; et le serviteur n'entre pas devant son Seigneur par une porte plus vaste et meilleure que la porte de l'abaissement pour Allah et devant Allah (qu'Il soit exalté).

 

Et parmi les plus grandes significations de l'adoration : l'abaissement [la soumission] pour Allah (qu'Il soit glorifié) ; c'est la raison pour laquelle le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) reconnaissait souvent sa négligence et son injustice envers lui-même, il disait :

(O Seigneur ! J'ai été très injuste envers moi-même, et Tu es le seul qui pardonne les péchés ; donc, pardonne-moi d'un pardon provenant de Toi et Sois miséricordieux envers moi, Tu es, certes, le Pardonneur, le très Miséricordieux) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

"Louange à Allah" est le sentiment que ressent le cœur du croyant dès qu'Allah est invoqué. Car sa présence au début de la sourate n'est qu'une abondance parmi les abondances du bienfait divin qui exige la louange et l'éloge ; et à chaque instant, à chaque moment, et à chaque pas, les bienfaits d'Allah (qu'Il soit exalté) se succèdent et comblent toutes les créatures, et en particulier l'homme.

C'est pourquoi, commencer par la louange d'Allah et finir par la louange d'Allah est la preuve de la foi :

{C’est Lui Allah. Pas de divinité à part Lui. A Lui la louange ici-bas comme dans l’au-delà} [Al-Qassasse : 70].

 

Et la générosité d’Allah (Le Puissant et le Haut) envers Son serviteur croyant est si grande que s’il loue Allah d’une louange qui sied à Sa majesté, Allah l’écrira pour lui comme étant une bonne action qui pèsera plus que toutes les balances ; dans les Sounanes d’Ibn Maajah, d’après Abdoullah ibn Omar (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) leur a dit qu’un serviteur parmi les serviteurs d’Allah dit :

(-« O Mon Seigneur ! Louange à Toi comme il sied à la majesté de Ton visage et à la Grandeur de Ton pouvoir » ; alors, les deux anges [qui inscrivent les actions des fils d’Adam] ne surent pas comment écrire cette parole ; ils montèrent alors au ciel, et dirent :

-« O Notre Seigneur ! Ton serviteur a dit une parole, et nous ne savons pas comment l’écrire ». Allah (le Puissant et le Haut) dit - et Il sait mieux ce que Son serviteur a dit - :

{Qu’est-ce que Mon serviteur a dit ?}. Ils dirent :

-« O Seigneur ! Il a dit : [O Mon Seigneur ! Louange à Toi comme il sied à la majesté de Ton visage et à la Grandeur de Ton pouvoir] ». Allah (le Puissant et le Haut) leur dit alors :

{Ecrivez cette parole comme Mon serviteur l’a dite jusqu’à ce qu’il Me rencontre pour que Je le récompense pour cette parole}).

 

Et le terme de la majesté : (Allah) est le plus grand nom d’Allah (le Puissant et le Haut) - selon la parole d’un groupe de savants -, et les autres noms sont joints à Lui par ce nom, et personne n’est associé à Lui par ce nom ; et parmi les significations « d’Allah » : Il est le Dieu qui est adoré et l’Unique qui mérite d’être adoré.

 

{Seigneur de l'univers} [Al-Faatiha : 2].

 

C'est-à-dire le Seigneur de toute chose et le Créateur de toute chose, et Celui qui est capable de toute chose ; et tous ceux qui sont dans les cieux et la terre sont Ses serviteurs, ils sont en Sa possession et ils sont soumis à Lui.

 

{Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux} [Al-Faatiha : 3].

 

Le nom "Ar-Rahmaane" [le Tout Miséricordieux] est comme le nom "Allah", personne n'est appelé par ce nom sauf "Allah" (qu'Il soit glorifié), et personne ne s'est nommé par ce nom. Donc, "Allah" et "Ar-Rahmaane" sont les noms qui Lui sont particuliers (qu'Il soit glorifié et exalté), personne n'est associé avec Lui dans ces noms ; tandis que pour les autres noms, il se peut qu'un autre qu'Allah soit appelé par ces noms, comme Il a dit (qu'Il soit glorifié) au sujet de Son prophète :

{…qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants} [At-Tawbah : 128].

Et "Ar-Rahmaane" et "Ar-Rahiim" sont pris de la miséricorde "Ar-Rahmah" ; "Ar-Rahmaane" : correspond à la miséricorde pour toutes les créatures, et "Ar-Rahiim" : correspond à la miséricorde pour les croyants.

 

{Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux} : Cet attribut qui renferme toutes les significations de la miséricorde, ses cas et ses domaines, se répète ici au milieu de la sourate, dans un verset indépendant, afin de confirmer la qualité proéminente dans cette seigneurie générale.

 

{Maître du jour de la rétribution} [Al-Faatiha : 4].

 

Le mot "Maalik" a été lu "Malik" : la différence entre les deux descriptions en ce concerne le Seigneur (qu'Il soit glorifié) est que "Al-Malik" [Le Roi] est une qualité concernant l'essence même d'Allah, tandis que "Al-Maalik" est une qualité concernant Ses actions. Et le jour de la rétribution est le jour du jugement du Seigneur (qu'Il soit glorifié) pour Ses serviteurs ; et c'est le jour où Allah récompensera les serviteurs pour leurs actions.

 

{C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est de Toi [Seul] que nous implorons le secours} [Al-Faatiha : 5].

 

C'est à Toi que nous attribuons particulièrement l'adoration et la demande de secours, nous n'adorons pas autre chose que Toi, nous ne recherchons que Ton aide, nous n'implorons donc pas le secours d'un autre que Toi et nous ne pouvons pas nous passer de Ta générosité. Et l'adoration a été placée avant la demande de secours car la première est le moyen pour obtenir la deuxième.

Et l'adoration a été jointe à la demande de secours pour indiquer que l'homme ne peut adorer Allah que si Allah l'aide et lui facilite cela. Et c'est la confirmation de l'incapacité de l'homme à accomplir les adorations et à porter le lourd dépôt si Allah (qu'Il soit exalté) ne l'aide pas.

Il a dit (qu'Il soit exalté) :

{Et ils diront : « Louange à Allah qui nous a guidés à ceci. Nous n’aurions pas été guidés, si Allah ne nous avait pas guidés} [Al-'Aaraaf : 43].

 

{Guide-nous dans le droit chemin} [Al-Faatiha : 6].

 

C'est l'invocation claire qui est la part que le serviteur obtient d'Allah ; et c'est l'imploration et l'insistance pour qu'Allah lui donne cette demande importante, et personne n'a obtenu une chose meilleure que cela dans ce monde et dans l'au-delà ; comme Allah a donné à Son messager (qu'Allah prie sur lui et le salue) après la conquête de la Mecque par Sa parole :

{…et te guide sur une voie droite} [Al-Fath : 2].

Et la guidée ici est : la réussite et l'orientation, et la guidée vers cela exige la science et les bonnes œuvres tout en restant sur le chemin de la droiture jusqu'à ce que le serviteur rencontre Allah.

{Guide-nous dans le droit chemin} : c'est-à-dire raffermis notre guidée et facilite-nous pour connaître le chemin correct et pour rester toujours dans ce chemin, et donne-nous la fermeté afin que nous ne dévions pas ou que nous ne nous écartions pas du droit chemin ; car il se peut que l'homme soit aujourd'hui bien guidé et demain parmi les égarés.

Et la guidée vers le droit chemin est la garantie du bonheur dans ce monde et dans l'au-delà avec certitude.

 

{Guide-nous dans le droit chemin} : ceci est une invocation, et il n'y a aucune invocation que le musulman soit obligé de dire sauf cette invocation ; et le musulman doit dire cette invocation plusieurs fois par jour, et ceci indique l'importance de la demande qui a son effet dans ce monde et dans l'au-delà.

 

Et Ibn Al-Qayyim (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

-« L'endroit de l'incantation dans cette sourate est : {C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est de Toi [Seul] que nous implorons le secours} ; et il n'y a aucun doute que ces deux mots font partie des parties les plus fortes de ce remède, car dans ce verset, se trouvent le fait de s'en remettre à Allah, de placer la confiance en Lui, de l'implorer avec insistance, de Lui demander le secours, le fait que l'on a besoin de Lui, et Lui demander tout ce dont on a besoin, ainsi que l'union entre le plus grand but qui est l'adoration du Seigneur seulement et le moyen le plus noble qui est le fait d'implorer Son secours pour bien L'adorer, et ceci ne se trouve pas dans d'autres versets. Et l’effet de l’incantation avec « Al-Faatiha » et d’autres versets du Coran pour soigner les piqûres, ou les morsures d’insectes ou d’animaux venimeux, est un secret magnifique ; et la personne [l’âme] de celui qui lit les incantations a un effet sur la personne sur laquelle le Coran est lu, il en résulte en elle-même une action et une réception, comme cela se passe entre le remède et la maladie ; et l’âme de celui qui lit se fortifie, et sa force avec l’incantation agit sur cette maladie, et ainsi il la repousse, par la grâce d’Allah ».

 

Et dans Sa parole (qu'Il soit exalté) : {Guide-nous}, et Il n’a pas dit : (Guide-moi), ceci est une éducation pour le musulman afin qu’il se rappelle de ses frères, c’est aussi un affermissement des significations de l’entente et une élimination de l’égoïsme ; donc, tout comme tu aimes pour tes frères ce que tu aimes pour toi-même, invoque Allah (qu'Il soit exalté) en leur faveur en Lui demandant de leur donner ce que tu demandes pour toi-même.

Et le rassemblement sur la guidée est ce que recherchent les croyants ; et le fait que beaucoup de gens suivent la guidée, est une réjouissance et une fermeté pour ceux qui la suivent. Et si celui qui suit la guidée est seul, il se peut qu’il s’affaiblisse et qu’il s’ennuie, ou qu’il tombe, ou que les loups le mangent.

 

{Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs} [Al-Faatiha : 7].

 

Ce sont le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) et ses compagnons, et nous demandons toujours à Allah dans chaque unité de prière de nous guider dans leur chemin.

 

{Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs} [Al-Faatiha : 7].

C’est-à-dire ceux qui ont obtenu la guidée complète, parmi ceux qu’Allah (qu'Il soit exalté) a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs et les pieux, et quels bons compagnons que ceux-là !

Et les gens ne sortent pas en dehors d’un de ces trois groupes, toutes les créatures appartiennent à un de ces groupes : ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits, ils sont ceux qui ont suivis le droit chemin, qui ont connu la vérité et ont agi selon ce qu’exige cette vérité.

Tandis que ceux qui ont connu la vérité et s’y sont opposés, ils sont ceux contre qui Allah est en colère : {Non pas de ceux qui ont encouru Ta colère} [Al-Faatiha : 7}. Et ceux qui agissent sans aucune science, sont les égarés. Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

{Dis : « Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres ? Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien} [Al-Kahf : 103-104]. Le fait qu’ils pensent accomplir de bonnes actions ne leur sera d’aucune utilité, et ils seront parmi les perdants.

 

Et ceux qui ont encouru la colère d’Allah (qu'Il soit glorifié) ont été mentionnés avant les égarés, parce que leur affaire est plus dangereuse et leur péché est plus grand, car si la cause de l’égarement de l’homme est l’ignorance, cette ignorance disparaît avec la science ; mais si la cause de cet égarement est le fait de suivre les passions, il est presque impossible qu’il sorte de son égarement ; c’est la raison pour laquelle la menace terrible est venue contre ceux qui ne mettent pas leur science en pratique.

 

Et la caractéristique de ceux qui ont encouru la colère d’Allah (qu'Il soit exalté) est : le premier péché qui apparut dans l’univers, et qui est la caractéristique d’Iblis lorsqu’il reçut l’ordre de se prosterner devant Adam (que la paix soit sur lui) alors qu’il connaissait la vérité, et malgré cela il désobéit à Allah (qu'Il soit exalté) ; et c’est le premier péché qui apparut sur terre aussi, lorsque le fils d’Adam tua son frère ; c’est donc le premier péché commis dans les cieux et sur la terre.

 

La fin de sourate « Al-Faatiha » est appropriée à tout ce qui a été mentionné du début de la sourate jusqu’à sa fin ; car celui qui ne loue pas Allah (qu'Il soit exalté), encoure Sa colère et est un égaré ; et celui ne croit pas au jour du jugement et qu’Allah (qu'Il soit glorifié et exalté) est le Maître et le Roi du jour de la Rétribution, de même que celui qui n’adore pas Allah (qu'Il soit exalté) seulement et n’implore pas Son secours, et celui qui n’est pas guidé dans le droit chemin, ont tous encouru la colère d’Allah et ils sont tous des égarés.

 

Il est rapporté dans le recueil de hadiths authentiques de Mouslim qu’Abou Houréïrah (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit qu’il a entendu le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) dire :

(Allah (qu'Il soit exalté) a dit : {J’ai partagé la prière entre Moi et Mon serviteur en deux [parties] et Mon serviteur aura ce qu’il demande. Lorsque le serviteur dit : « Louange à Allah Seigneur de l’univers », Allah (qu'Il soit exalté) dit : « Mon serviteur M’a loué » ; lorsqu’il dit : « Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux », Allah (qu'Il soit exalté) dit : « Mon serviteur a fait Mon éloge » ; lorsqu’il dit : « Maître du jour de la rétribution », Il dit : « Mon serviteur M’a glorifié » ; lorsqu’il dit : « C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est de Toi [Seul] que nous implorons le secours », Il dit : « Ceci est entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu’il demande » ; et lorsqu’il dit : « Guide-nous dans le droit chemin. Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, Non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés », Il dit : « Ceci est pour Mon serviteur et Mon serviteur aura ce qu’il demande »}).

 

Ce hadith authentique dévoile un secret parmi les secrets du choix de la sourate pour que le croyant la répète dix-sept fois jour et nuit, ou le nombre de fois qu’Allah (qu'Il soit exalté) veut qu’il la répète à chaque fois qu’il se tient debout pour L’invoquer dans la prière.

Et celui qui prie, doit lire cette sourate qui est un pilier parmi les piliers de la prière, lentement, avec réflexion, avec recueillement, en ayant le cœur présent et éveillé, en pensant à ses significations, et en lisant les lettres convenablement.

 

Waa’il ibn Hajar a dit qu’il a entendu le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) lire :

-« {Non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés} ; puis il dit :

(Aamine) en prolongeant sa voix. 

 Et Abou Daawoud a rapporté :

-« Et il éleva sa voix en disant [Aamine] » ; et Tirmidhi a dit que c’est un hadith bon.

 

La signification de « Aamine » est : « O Seigneur, exauce ma demande » ; « Aamine » ne fait pas partie de la sourate ; et il est préférable que celui qui lit, fasse une petite pause entre la fin de la sourate et la parole « Aamine ».

 

Et dans le hadith :

(Lorsque l’imam dit : « Aamine », dites : « Aamine », car celui qui dit « Aamine » au moment où les anges disent « Aamine », ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010