view counter

La première femme archevêque de Suède, cible d’injures et de menaces islamophobes
  • Lu, 12/16/2013

 

Il fallait tendre l’oreille pour percevoir les rares « Alleluia » qui ont acclamé la nomination de la première femme archevêque de l’Eglise de Suède, Antje Jackelen, tant le ressentiment de certains paroissiens a viré au procès en sorcellerie, au son d’un credo très peu miséricordieux, incitant davantage à sa mise au bûcher qu’à la célébration de sa fabuleuse promotion.

 

Serait-ce la féminisation de leur église luthérienne qui leur a été intolérable au point de ne plus maîtriser leurs mauvaises pensées et de céder à ces viles passions pourtant si fermement réprouvées par la religion ? Pas du tout, c’est un tout autre grief qui n’appelle aucune clémence, un péché impardonnable, qui vaut aujourd’hui à Antje Jackelen d’être clouée au pilori, non pas en place de Grève, pas encore du moins, mais sur le Net…

 

En effet, précédée par son extrême tolérance religieuse, notamment envers l’islam, la cinquantenaire, d’origine allemande, mariée à un prêtre et mère de deux enfants, est la cible d’une salve de critiques d’une virulence inouïe de la part d’ouailles qui pratiquent l’injure abjecte masquées, dont on peut avancer sans se tromper qu’elles ne se font pas les apôtres du dialogue interreligieux…

 

Le nouveau visage féminin de l’Eglise de Suède tente de donner le change face aux médias, attirés comme des mouches par une polémique passionnelle qui a pour toile de fond une islamophobie ravageuse, confiant toutefois qu’elle n’était pas préparée à un tel comité d’accueil et encore moins à l’avalanche de menaces de mort proférées sur Twitter, qui, sans la faire renoncer à sa mission suprême, hantent néanmoins ses nuits.

 

"Choisissez Muhammed à la place, afin que de nous épargner votre coupe de cheveux hideuse qui vous fait ressembler à un vieil homme" a signé un internaute dans un forum, tandis qu'un autre, se croyant revenu au temps de l’Inquisition, l’a condamnée à brûler vive sur le bûcher.

 

A peine nommée archevêque, Antje Jackelen, qui était tout à sa joie d’avoir été plébiscitée par 325 ecclésiastiques, est saisie d’effroi par un climat de haine à son paroxysme, dont elle attribue les effets délétères à un nationalisme revanchard capable de tout balayer sur son passage, l’amour de son prochain comme le bon sens le plus élémentaire.

  

Oumma

 

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010