view counter

La personnalité du prophète
  • Je, 07/14/2016

 

Parmi les qualités fermement établies dans la personnalité du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

 

1- La servitude pour Allah (qu'Il soit exalté) :

(Je ne suis que Son serviteur, alors dites : le serviteur d'Allah et Son messager) rapporté par Al-Boukhari.

Il a interdit l'éloge et l'élévation, il n'a pas permis de laisser se répandre l'idée que l'éclipse soleil s'est produite à cause de la mort d'Ibrahim son fils, et il n'a accepté de personne la parole : "C'est ce qu'Allah a voulu et ce que Mohammed a voulu".

 

2- L'évocation :

L'évocation s'est implantée dans sa personnalité, il évoquait Allah (qu'Il soit exalté) dans toutes ses situations ; lorsqu'il se couchait, il lisait "Al-Falaq" et "An-Naass" et passait ses mains sur son corps, et il proclamait la grandeur et la pureté d'Allah ; et lorsqu'il se réveillait, il regardait vers le ciel et disait : (O Seigneur ! Louange à toi…) et il récitait des versets parmi les derniers versets de sourate "Aali 'Imraane".

 

Et il disait souvent :

{"Seigneur ! Accorde-nous une belle part ici-bas, et une belle part aussi dans l'au-delà ; et protège-nous du châtiment du Feu !"} [Al-Baqara : 201].

 

Il demandait à Allah de le protéger contre les soucis, la tristesse, l'incapacité, la paresse, la lâcheté, l'avarice, le poids de la dette et la domination des hommes.

La tristesse est pour ce qui est passé, l'angoisse est pour ce qui se passe, et les soucis sont pour l'avenir.

Et il demandait la protection d'Allah (qu'Il soit glorifié) contre la pauvreté, la faim, la mécréance et la trahison.

 

3- La spontanéité et l'éloignement du maniérisme :

Il s'assit sur un puits et il y laissa pendre ses pieds, accompagné d'Abou Bakr et Omar ; il passa à côté d'un garçon qui enlevait la peau d'une brebis d'une mauvaise manière, alors il l'enleva pour lui ; et il vit Zaahir le bédouin au marché, alors il le prit dans ses bras par derrière et dit : (Qui achète l'esclave ?), ensuite il dit : (Zaahir est notre désert et nous sommes sa ville).

 

Parmi la spontanéité : la clarté de l'expression sur son visage et sur les traits de son visage, Kâab ibn Maalik a dit :

-"Lorsque le messager d'Allah était content, son visage s'éclairait jusqu'à ce qu'il soit comme un morceau de lune".

Donc, le sourire apparaissait sur lui sans maniérisme, il en est de même pour la tristesse ou l'aversion ; et Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit :

-"Le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) se leva vers la porte et je reconnus sur son visage l'aversion".

 

Parmi la spontanéité : prendre ce qui est disponible de la nourriture, des boissons et des vêtements, et s'abstenir de demander ce qui est difficile à obtenir ; comme par exemple, le prophète (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) donna à ses épouses la dot qui était disponible : "500" dirhams, et c'était l'habitude des gens et ce qui correspondait à leur niveau économique, et il n'y a pas en cela une adoration, car il se peut que la dot soit supérieure à cela, comme Il a dit (qu'Il soit glorifié) : {et que vous ayez donné à l'une un quintar} [Les femmes : 20].

Et il se peut que la dot soit inférieure à "500" dirhams, comme dans sa parole (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Cherche, même si c'est une bague en fer).

 

4- La sincérité :

La sincérité dans sa personnalité, ses paroles, ses actes, et la conformité complète de son apparence à ce qui se trouve dans son cœur, de telle sorte que la sincérité s'est fixée sur son visage et sur les traits de son visage, Ibn Salaam a dit :

-"Lorsque cela se fixa sur son visage, je sus que ce n'était pas le visage d'un menteur".

 

Il refusait de faire un signe dissimulé à ses compagnons pour qu'ils prennent quelqu'un ou pour qu'ils le tuent même s'il le méritait, et il disait (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Il n'est pas convenable qu'un prophète ait des yeux qui trahissent). Il disait aussi :

(Donne le dépôt à celui qui te l'a confié, et ne trahis pas celui qui t'a trahi).

 

Pour lui, la sincérité est que tu te comportes avec ton ennemi avec tes qualités et non pas avec ses qualités.

Et le plus qu'il faisait même pendant la guerre, et la guerre est la tromperie, est que s'il voulait faire une expédition militaire dans un endroit, il insinuait un autre endroit, alors s'il voulait se diriger vers le Nord, il interrogeait sur la route qui mène vers le Sud par exemple.

Et il disait :

(Et l'homme ne cesse d'être sincère et de rechercher la sincérité, jusqu'à ce qu'il soit inscrit auprès d'Allah comme étant un véridique).

 

Ainsi, l'habitude correspond à des actions détaillées, ensuite elle grandit pour devenir des valeurs élevées dans les lesquelles on lit les attitudes de la personne, ses paroles, son silence, ce qu'il prend, ce qu'il laisse, et les mouvements de son corps, ou comme il est dit : "Le langage du corps".

 

5- L'optimisme :

Il aimait le bon augure, qui est la bonne parole que la personne prononce et qui ouvre la porte de l'espoir et l'attente de ce qui est meilleur ; lorsqu'il vit Souhayl ibn 'Amr le jour d'Al-Houdaybiyah, il dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) : (Votre affaire est facile).

Alors, il n'a pas manqué d'utiliser le beau nom pour répandre l'optimisme dans les cœurs de ses compagnons et les préparer pour diminuer la tension nerveuse ["Souhayl" vient de "Sahl", qui signifie facile].

 

Lorsqu'il rendit visite à un bédouin qui avait la fièvre, il dit (bénédictions et salutations d'Allah sur lui) :

(La purification si Allah le veut), alors il indiqua le contraire de ce qui est observé, et qui correspond au fait que la fièvre est la purification du corps et de l'âme. Et parce que le bédouin ne voyait que les côtés négatifs, il ne comprit pas la bonne nouvelle, mais il la désapprouva et dit :

-"La purification ? Mais c'est plutôt une fièvre qui bouillonne sur un vieillard et qui lui fera visiter les tombes".

 

6- La douceur :

C'est une qualité innée à laquelle Allah (qu'Il soit exalté) l'a prédisposé, alors il ne la simule pas ; il est rapporté dans les deux recueils de hadiths authentiques, d'après Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) qui a dit :

-"Le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) n'a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un servant, sauf lorsqu'il combattait dans le chemin d'Allah ; et il n'a jamais rien subi et ensuite il se vengeait de la personne, sauf si une des interdictions d'Allah était transgressée, alors il se vengeait pour Allah (Le Puissant et le Haut)".

 

Donc, sa colère n'est pas pour lui-même, et ce n'est pas une prédisposition, mais c'est une colère pour Allah (qu'Il soit exalté) seulement, et elle n'a pas d'autre signification.

www.Islamtoday.net - All rights reserved © 2001-2010